adv1-Carré Home

Dernière vidéo

Disney jette un froid avec Frozen, son film de Noël 2013

Frozen, 53ème long métrage d'animation des studios Disney sortira en décembre 2013. C'est l'histoire d'Anna qui part en vadrouille avec un ami montagnard, un jeune renne et un petit bonhomme de neige. Ensemble ils vont sauver le monde du chaos qui pointe le bout de son nez gelé, tout en sauvant Elsa la soeur d'Anna qui n'est autre que... la Reine des Neiges. Mais ce n'est pas du tout l'histoire originale et on se demande si Disney arrivera à briser la glace avec cette adaptation apathique. 

Ce dessin animé est donc inspirée de La Reine des Neigesun conte d'Anderson (La Petite Fille aux Allumettes, Le Vilain Petit Canard...).  Dans la version originale, un troll maléfique a tellement secoué le miroir qui ne montre que le mauvais côtés des choses, qu'il s'est brisé en millions de grains de sable. Ses morceaux se sont logés dans les yeux des gens qui ne voyaient alors plus la beauté des choses. Kay est un garçon innocent, mais au fil du temps les fragments du miroir ensorcelé ont voyagé vers son cœur le rendant méchant. La reine des Neiges efface sa mémoire, l’emmène chez elle pour préserver son cœur de glace et en faire son serviteur. Son amie Gerda, une jeune danoise, part alors à sa recherche dans le grand Nord.

Dans FrozenGerda est devenue une sœur éplorée, Kai n'existe plus, la reine des Neiges devient une soeur sympa mais maudite qui s'est retirée loin des siens, car sa présence causait un hiver éternel.  Adorable mais loin du conte ! À l'origine, la reine est une femme froide qui a inspiré C.S Lewis pour l'écriture de la Sorcière Blanche dans Narnia. Elle veut soumettre toute chose à ses désirs. Anderson décrivait dans son récit la lutte du bien contre le mal, ou comment l'amour entre deux êtres fini par réchauffer les coeurs faisant ainsi fondre le mal et fuir l'hiver. Une vision biblique qui se termine par une ligne de l'évangile de Mathieu qui souligne le passage de l'enfance à l'âge adulte.  A voir les premiers ébauches, comme les premiers décors sombres mais poétiques, on se doute que Disney a hésité entre la fidélité et la tromperie.

Les contes repris par Disney sont toujours simplifiés pour s'adapter à une vision puritaine, enfantine et grand public, c'est compréhensible. Mais si avant les efforts étaient là pour compenser le manque de piquant et de sel, aujourd'hui, les studios se contentent de réaliser des ersatz de L'Âge de Glace en évitant de créer des personnages charismatiques. On est un peu refroidi avant l'heure !

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS

Publicité
adv3 - sidebar