Girls : Chick Flick, ou Freak Show ?

Girls, la série est une de ces séries qui définissent l'air du temps. Volontairement à la mode, elle séduit ou rebute, filles et garçons, bobos ou non. Bilan.


PITCH : Quatre filles. Hannah est une fille d'enseignants libéraux. Après ses études, sa volonté de devenir écrivain se heurte à la réalité du marché littéraire. Sa meilleure amie, la pragmatique Marnie a un job enviable dans une galerie new yorkaise. Shoshana finit ses études et découvre les hommes, malgré ses manies et ses peurs. Sa cousine Jessa, elle, est un esprit libre qui a tout vu à 25 ans. C'est du moins ce qu'elle pense.


CONTEXTE : Girls est la première série de la jeune actrice/réalisatrice Lena Dunham (Tiny Furniture), soutenue par le vétéran Judd Apatow (surtout Freaks & Geeks). Diffusée sur la chaîne HBO, Girls est selon certains le nouveau Sex & the City, et selon d'autres un énième avatar de la comédie new yorkaise tendance Woody Allen.


POUR : Très bien écrite, souvent drôle, la série profite d'une photographie solide, et d'un sens indéniable de la mode, qu'il s'agisse des costumes ou de la musique, toujours impeccablement in ou savemment vintage. Les acteurs font presque tous leurs vrais débuts, et c'est un vrai défilé de révélations et de personalités attachantes. Le propos est toujours honnête, souvent pertinent.


CONTRE : De Woody AllenLena Dunham hérite la complaisance. On balance souvent entre sympathie et agacement pour la jeune réalisatrice, et plus encore pour ses amies. La recherche d'effets est systématique, et devient pesante : chaque costume d'Allison Williams (Marnie) semble sortir de la penderie de Jacky Kennedy ; chaque scène de sexe est brutale et/ou humiliante.


Publicité
adv3 - sidebar

A lire aussi :